Bordereau-bagues-Museum-Paris-Avocette-Franck-Salmon
Bordereau de bagueur et bagues pour avocettes (Photo © Franck Salmon)

Les données de baguage sont très intéressantes puisqu’elles nous permettent de mieux connaître les oiseaux, leur biologie, leur déplacement, …
Chaque bague correspond à un individu en particulier : grâce au code qui y est inscrit, unique, et qui est en quelque sorte sa « carte d’identité », on peut retracer l’histoire de sa vie !

En France, c’est le CRBPO (Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux – agence du Museum National d’Histoire Naturelle) qui coordonne les différents programmes de baguages des oiseaux sauvages, forme les bagueurs, fait la synthèse des données et leur analyse…

Vous pouvez les contacter directement pour leur transmettre la donnée de bague que vous avez recueillie : http://crbpo.mnhn.fr
Si votre observation a été faite en Vendée, la LPO Vendée vous propose de vous accompagner dans cette démarche

Quelle marche à suivre :

S’il s’agit d’une bague fermée

Utilisées par les colombophiles, ces bagues ne portant pas d’ouverture ont moins d’intérêt pour nous. Vous pouvez cependant prendre contact avec la fédération des colombophiles.

S’il s’agit d’une bague « métal » et que l’oiseau est mort

C’est une information très précieuse, nous vous remercions de noter :
– le code inscrit sur la bague (le lire, le relire …avec une loupe si nécessaire, le photographier si cela est possible)
– la date et le lieu de la découverte
– l’espèce présumée
– les conditions de la découverte de la bague : cadavre récent (< 7 jours)/cadavre ancien (>7 jours)/bague retrouvée seule, etc.…
– les circonstances de reprise (nombreuses et variées…une centaine possible…) : collision avec baie vitrée, trafic automobile, prédaté par un rapace, prédaté par un chat, victime d’un équipement humain, victime d’un phénomène climatique, etc.… ou simplement inconnues.
– le nom du découvreur et ses coordonnées (si ce n’est pas vous)

Si c’est possible, nous vous remercions de nous communiquer la bague avec toutes ces informations, nous les transmettrons ensuite au CRBPO (Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux) via notre coordinateur local.

En fonction de l’origine du programme qui a conduit au baguage de l’oiseau dont vous êtes le découvreur le retour des informations peut être plus ou moins long (notamment si cela vient d’un autre pays) mais nous ne manquerons pas de vous transmettre les informations concernant le baguage de cet oiseau dès qu’elles nous auront été restituées :
pour cela pensez à bien indiquer et à nous communiquer vos nom, prénom et coordonnées (mail, tél., adresse postale).

S’il s’agit d’une bague « métal » et que l’oiseau est vivant :

Si l’oiseau est susceptible d’être relâché, notez toutes les infos comme si dessus, (photographier le code complet de la bague est un plus, en évitant de stresser trop l’oiseau …), ne lui ôtez pas sa bague : il est important de relâcher l’oiseau porteur de sa bague.
Si l’oiseau est blessé, même démarche : notez les infos sans lui retirer la bague et voir la page « vous avez trouvé un oiseau blessé, quoi faire ? »

S’il s’agit d’une marque colorée :

Il existe de nombreuses marques de couleur qui peuvent être lues aux jumelles ou aux longues-vues :
– des bagues colorées / gravées (ex : Avocettes)
– des marques alaires (ex : Busards)
– des marques nasales (ex : Fuligules)
– des colliers (ex : Cygnes)

Les sites internet spécialisés dans les programmes couleur sont listés sur le site du CRPBO
Certains programmes français ont développé des portails internet pour la saisie en ligne des contrôles d’oiseaux porteurs de marque colorée. Vous pouvez donc saisir directement en ligne votre observation et connaître le parcours des oiseaux déjà observés, mais nous restons à votre disposition pour vous fournir une aide à la saisie si besoin est.

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à nous contacter.