En Vendée, la LPO a commencé à acheter des parcelles de prairie en… 1989 !

Une action qui ne date pas d’hier, et qui a évolué au fil du temps, pour permettre d’agir dans les territoires pour protéger la biodiversité tout en créant de l’emploi.

Aujourd’hui, la LPO possède 168 ha dans 7 communes du Marais breton (soit moins 0,5% du territoire), et 406 ha dans 2 communes du Marais poitevin (soit environ 0,4%   du territoire).

98% de la surface est louée à 37 agriculteurs différents, avec un fermage correspondant au montant des taxes foncières.
Ce qui n’est pas loué correspond à des bassins ou marais en eau (pour la grande marjorité) et à des petites parcelles isolées non exploitables (pour moins de 1 ha).

Parmi les 37 agriculteurs fermiers de la LPO, 7 ont pu s’installer ou conforter leur installation, grâce à l’achat de foncier par la LPO qui leur met à disposition.
La trentaine qui reste étaient des éleveurs déjà en place, à qui la LPO a permis de poursuivre leur activité. La plupart d’entre eux ont signé des baux ruraux à clauses environnementales et bénéficient de mesures agro-environnementales.

Le résultat sur la biodiversité est souvent très marqué :
dans l’une des fermes achetées par la LPO et mise à disposition d’un jeune éleveur, le nombre de vanneaux nicheurs a été multiplié par 5 et le nombre de chevaliers gambettes par 2.

Les 7 jeunes qui ont pu s’installer grâce au soutien de la LPO font de la vente directe (marchés, Collectif Court Circuit, magasin à la ferme) et accueillent les visiteurs à la ferme. En plus des objectifs de protection de la nature dans ces territoires, il y a donc un vrai gain pour le dynamisme, l’activité économique et le tourisme.

 

Maîtrise foncière et Paysans de nature®